Solomon Kane: Des cauchemars bénis

Salut, ô admirateurs de Kane,

Ce mercredi, nous sommes dans une semaine relativement tranquille pour Solomon. Il s’est retiré dans sa chambre d’auberge, et on perçoit derrière sa porte le son grinçant d’une lame en train d’être aiguisée. Je suppose que même Solomon Kane a besoin d’une journée de repos pour entretenir son nécessaire de voyage. Hmmm, je me demande combien de chapeaux il possède ? Peut-être un pour chaque Vertu ?

Le jardin des sentiers divergents

Dans cette actu, nous aimerions vous parler d’une foule d’aspects différents du développement du jeu. Tout d’abord, Guillem Pongiluppi est en train de peaufiner les illustrations des tuiles. Vous êtes donc assurés qu’elles s’intégreront parfaitement aux autres illustrations de Solomon Kane, mais aussi qu’elles seront aussi dessinées par des mains expertes. Dans les prochaines semaines, nous pourrons vous montrer ce qu’il est en train de faire. Restez à l’écoute…

Le nécromancien

La Main droite du destin

Ensuite, l’équipe de développement UK (moi compris) a joué La Main droite du destin dans nos bureaux. Nous avons terminé l’acte complet, et la partie a été étonnamment exubérante et bruyante. Voyez-vous, à Mythic Games UK, nous avons des plafonds assez hauts, ce qui crée une fantastique caisse de résonance quand l’action atteint son paroxysme. Cette fois, même l’équipe de Reichbusters a dû nous demander de baisser le volume (ce qui n’est pas habituel, car généralement c’est nous qui leur demandons sans cesse la même chose).

La scène suivante est une reconstitution utilisant des acteurs chevronnés.
Une extraordinaire architecture !

Bien sûr, Solomon Kane mène la vie d’un puritain sérieux. Dans le jeu, cependant, il nous arrive souvent de rire, et comme vous pouvez l’imaginer dans un jeu coopératif, nous n’arrêtons pas de discuter. Nous nous sommes aussi amusés à ajouter des effets sonores aux Vertus (Babis est un expert pour faire résonner sa voix de façon spectaculaire !), des bruits d’explosion (c’est le mot que nous utilisons dans notre jargon de développeur lorsqu’une Ombre interagit avec Solomon Kane), et nous avons même lu à haute voix les textes d’ambiance des cartes.

Solomon appréciant un rôti

Cependant, pour les joueurs qui préfèrent une approche plus sombre et plus périlleuse, il existe le mode Cauchemar. C’est le mode de jeu où la difficulté est augmentée, conçu pour nous mettre des bâtons dans les roues d’une façon sinistre et perfide.

Avoir un cauchemar !

Au début d’un chapitre, les joueurs peuvent décider de remplacer X cartes Ténèbres par la même quantité de cartes Cauchemar. Les cartes Cauchemar renforcent « l’intelligence artificielle » du jeu (l’agressivité des attaques des Chasseurs, la mobilité des Ombres, leur nombre placé sur le plateau de jeu, etc.). Dans certains cas, ces cartes sont tellement déplaisantes qu’elles accordent un petit bonus aux joueurs pour atténuer leur souffrance (comme un cube Miséricorde). Bien sûr, choisir de placer des cartes Cauchemar dans votre pioche de cartes Ténèbres n’est pas la seule façon de les utiliser. Certaines capacités d’Ennemi juré, le joueur Ténèbres (en mode compétitif) et un enchaînement malencontreux de certaines cartes Chapitre peuvent vous forcer à inclure ces cartes, ou échanger des cartes Ténèbres contre ces cousines malfaisantes.

Carte en cours de développement. Notez que le Chasseur avance de 3 cases et attaque avec une valeur de Combat de 6. Dans notre esprit, c’est un moment où un Chasseur charge Solomon Kane, et grâce à la ligne suivante, ses copains enchaînent sur une nouvelle attaque. C’est une situation extrêmement périlleuse !

Si cela vous semble trop ardu, ne craignez rien. Nous incluons aussi un mode de jeu plus clément (appelé pour le moment mode « Bénédiction »), où les joueurs peuvent décider de prendre un ou plusieurs jetons « Bénédiction » en début de partie. Chaque jeton Bénédiction accorde un choix d’avantages ponctuels qui ajoutent des options intéressantes au jeu.

Les modes Cauchemar et Bénédiction peuvent être combinés. Cela permet aux joueurs d’ajuster à leur gré le niveau de difficulté du jeu. Après tout, certains joueurs adorent relever les terribles défis que nous avons préparés et considèrent le jeu comme à un puzzle tactique à résoudre. D’autres préfèrent se plonger dans la narration et apprécier le déroulement de l’histoire. Bien sûr, comme ces cartes et ces jetons sont désormais à notre disposition, nous les avons utilisés dans d’autres situations, comme lorsque le moine bénit Solomon Kane durant l’aventure de la Montagne hantée.

Alors, qu’en pensez-vous ? Vous avez envie de faire un cauchemar ? Le mêlerez-vous au mode Bénédiction ? Ou accompagnerez-vous simplement notre puritain préféré sans rajouter d’obstacle ou d’avantage particulier ?

À la prochaine.

Dale

Votre vie privée est importante

Nous utilisons des cookies et d'autres technologies sur notre site pour personnaliser le contenu, fournir des fonctions liées aux médias sociaux et analyser notre trafic. Plus d'info