Le Projekt X marque l’emplacement

La plus grande figurine du jeu est loin d’être une « miniature » : c’est l’immense Projekt X. Comme vous le voyez sur les images, il dépasse largement les héros, et nous avons travaillé pour le rendre aussi impressionnant dans les règles qu’il l’est sur la table de jeu.

Tout d’abord, je dois m’excuser pour ne pas avoir publié cette actu plus tôt. Nous voulions attendre d’avoir un exemplaire de la figurine entre nos mains pour vous la montrer. Malheureusement, nous avons éprouvé quelques difficultés pour l’imprimer sur notre imprimante 3D. Nous avons bien des « renders » de la sculpture, mais nous préférions vous montrer des photos de la véritable figurine pour que vous voyiez un rendu de plus proche du produit final. L’impression est longue et complexe, demande près de 40 heures à chaque tentative, et pour le moment, nous n’avons pas encore réussi à sortir un exemplaire sans erreur. Bien sûr, vous n’aurez pas ce problème puisque vous recevrez votre exemplaire déjà assemblé. Vous n’aurez qu’à le sortir de sa boîte, et à jouer !

 

Nous avons relancé l’impression 3D, et nous espérons pouvoir vous montrer le résultat de nos efforts demain. Cependant, je ne peux pas vous garantir que cela fonctionnera cette fois, et plutôt que de vous faire attendre plus longtemps, nous avons décidé de vous donner quelques informations sur ce colosse.

 

Le haut commandement nazi ne s’attendait pas à ce que le Projekt Vril aille très loin, et pourtant, il a énormément progressé. Peu à peu, son champ d’application s’est étendu, et une fois le potentiel du vril découvert, le programme a été pris à bras-le-corps. Les chercheurs pouvaient désormais fabriquer l’arme ultime… L’arme qui gagnerait la guerre pour les nazis, et baptisée « Projekt X ».

D’une certaine façon, le Projekt X a mis les Vrilmeisters au pied du mur. Ayant un peu exagéré le degré de contrôle qu’ils étaient capables d’exercer sur le vril (pour recevoir le financement nécessaire à leurs recherches), ils devaient maintenant obtenir des résultats. Le destin du Troisième Reich était entre leurs mains. Pas de pression…

Étant donné le succès obtenu avec les Vrilpanzers de plus petite taille, le Projekt X fut envisagé comme une version améliorée et perfectionné de cette unité. Les premiers tests furent désastreux. Le pilote trouva que la machine était trop grande et trop complexe pour être contrôlée par une seule personne. Une nouvelle version avec un équipage de 3 hommes fonctionna un peu mieux. N’ayant pas le temps de progresser par étapes prudentes, et les nouvelles des différents fronts empirant de jour en jour, les Vrilmeisters durent prendre des mesures désespérées.

C’est ainsi que Jürgen Boltz se porta volontaire pour fusionner avec l’énorme machine grâce au vril. Les techniques de mutation ainsi que les recherches psychiques et autres études ésotériques laissaient présager qu’il serait capable de créer une sorte de lien avec la machine. Une fois cette fusion effectuée, il pourrait la contrôler comme une extension de son propre corps. À la surprise collective des Vrilmeisters, cela fonctionna parfaitement lors du premier essai. Un effet secondaire malheureux effaça presque entièrement la personnalité de Jürgen Boltz, mais le résultat global était magnifique. Les nazis avaient désormais à leur disposition une monstrueuse machine de guerre qui pouvait écraser les chars alliés comme des boîtes de conserve. Ils allaient en fabriquer un autre, et puis un autre encore ; toute une armée… Et au moment même où les Alliés pensaient remporter la victoire, la chance allait tourner. Une escouade de Projekt X conduirait des armées de Vrilpanzers au combat, à la tête d’une légion invincible de soldats améliorés par le vril et de mutants. Rien ne pourrait les arrêter.

Puis les Reichbusters sont arrivés.

Personne n’a entendu parler du Projekt X avant qu’ils n’entrent dans le château, mais il est assez clair qu’ils ne vont pas le laisser en un seul morceau s’ils le découvrent. Leur problème va être de trouver comment le détruire…

En termes de jeu, la conception du Projekt X pose un certain nombre de défis très intéressants, et nous sommes encore en train de peaufiner quelques détails. Ils se résument tous à sa taille (immense… mais je l’ai peut-être déjà dit…).

 

Tout d’abord, il y a le problème de la faction. Le Projekt X est tellement puissant que sa faction n’a pas la place pour grand-chose d’autre, et nous n’étions pas sûrs au début que cela fonctionnerait. Heureusement, cela fonctionne très bien. Un Vrilmeister séparé n’est pas nécessaire, et quelques gardes supplémentaires suffisent à équilibrer la mission. La faction se concentre entièrement autour du Projekt X. Comme il est inutile de la diluer en ajoutant d’autres unités pour équilibrer le jeu, cela signifie qu’elle a une vraie originalité. Et c’est un changement très intéressant. Au lieu d’avoir à combattre une multitude de petits adversaires, les joueurs seront forcés de s’adapter à ce nouveau défi.

Le second problème est simplement de faire tenir le Projekt X sur le plateau de jeu. Il est tellement grand qu’il ne peut pas se glisser dans tous les couloirs, et il faut donc préparer soigneusement ses options tactiques pour qu’elles ne soient pas trop restreintes. En fait, c’est loin d’être une mauvaise chose. Cela crée une partie vraiment intéressante où un camp ne peut pas accéder à certaines parties du plateau de jeu. Les héros peuvent se cacher dans quelques endroits du plan, ou tout du moins se cacher du Projekt X. Cela donne un style de jeu très différent, et c’est très bien.

 

De toute évidence, le Projekt X doit être à la fois plus difficile à tuer, et avoir une meilleure puissance de feu que pratiquement toutes les autres unités du jeu. Il doit être plus dangereux que toutes les autres unités nazies, et qu’un héros pris isolément.

 

Son niveau offensif est relativement simple à gérer et s’intègre parfaitement aux mécanismes normaux du jeu. Le vrai défi est la façon de représenter sa robustesse. Nous avons essayé différentes solutions, et nous continuons les tests et les réglages des mécanismes. L’idée maîtresse est qu’il doit être impossible de le tuer d’un seul coup. En fait, il est considéré comme un assemblage de sous-systèmes, devant être attaqués et « tués » séparément. Vous pouvez ainsi lui arracher un bras, ce qui le privera de certaines de ses armes, mais cela ne l’arrêtera pas. Ce n’est que lorsque vous aurez détruit suffisamment d’éléments critiques que vous pourrez remporter la victoire contre ce géant de métal.

 

Dans l’ensemble, le Projekt X est un adversaire très différent pour les Reichbusters, et qui apporte au jeu de la variété et de nouveaux défis tactiques à relever. C’est aussi un aimant à héros d’un type particulier, comme Hans, Bochka et Flamin’ Joe. Cela encouragera les joueurs à modifier leur équipe habituelle pour tester quelque chose de neuf. Le Projekt X ne ressemble pas du tout aux autres unités nazies, c’est un tout nouveau monde de violence qu’il leur faudra apprendre à gérer !

Votre vie privée est importante

Nous utilisons des cookies et d'autres technologies sur notre site pour personnaliser le contenu, fournir des fonctions liées aux médias sociaux et analyser notre trafic. Plus d'info